Koyangi Bacalhau

Koyangi Bacalhau

Eat Me

Publié par Koyangi sur 9 Septembre 2014, 13:03pm

Catégories : #Restaurant, #Lausanne, #Suisse

Lors d'un dîner à Séoul en août dernier, une championne du monde de Taekwondo me disait qu'elle trouvait les restaurants de Lausanne chers et peu goûteux. Chers, sans doute par rapport aux prix pratiqués par les restaurateurs en Corée du Sud mais "peu goûteux", j'en doute, même si la cuisine suisse est plus salée et moins pimentée que la cuisine coréenne.

En tout cas, ce n'est pas l'impression que nous a laissé le restaurant Eat Me à Lausanne où nous avons dîné, Lui et moi, en compagnie de nos amis Carlitos et Marie, ravis d'être libérés de leur descendance partie en camps de vacances pour quelques jours.

Conçu comme un lieu de "souvenirs culinaires collectionnés au cours de voyages" par ses fondateurs, Eat Me, sis dans le bâtiment de l'ancien Kai Zen, propose une carte alléchante de "petites assiettes" inspirées des saveurs de quatre continents : l'Asie, l'Amérique, l'Europe et l'Afrique, autrement dit, de la fusion food à l'échelle presque mondiale.

Dans un cadre moderne, sobre et efficace style Lounge Bar - murs sombres, lumières tamisées, sets de table marron, assiettes blanches et serviettes violettes - nous avons débuté la soirée en sirotant des cocktails avant de nous partager une multitude de plats aux noms évocateurs, joliment décrits sur la carte (j'adore les grandes tablées couvertes de mets où l'on peut goûter à tout).

Aegir's Voyage to Paris / Eclair de génie salé au Gravlax de saumon, crème onctueuse acidulée et mangue fraîche

Cet éclair de génie était intéressant et bon sans être inoubliable. J'ai bien aimé la présentation qui m'a rappelé la Naissance de Vénus de Botticelli (oui, la nourriture m'inspire ;o)).

Better than Butter / Burrata juste assaisonnée à l'huile d'olive et à la fleur de sel

La Burrata, qui rappelle la mozzarella en plus fondant et en plus crémeux, est un fromage italien à tomber ! Le problème, c'est qu'il n'y en a jamais assez et qu'il n'y a rien de moins photogénique. En saison, je l'achète chez Mme Mary-France Leresche au Coin du Fromager à Pully qui a eu l'honneur d'un article dans l'Hebdo (magazine suisse). 

Berry Delicious Foie Gras / Foie gras de canard poêlé, confiture de rhubarbe / gingembre en sandwich brioché et fraise marinée

Quoiqu'en disent les détracteurs, le foie gras est un délice et toutes les volailles ne sont pas forcément gavées. Rappelons qu'en Suisse, le gavage est strictement interdit comme en Argentine, en Israël, en Norvège et en Californie (USA). Il faut cependant compter une année pour obtenir un foie gras de 500g de manière naturelle, un temps de production que la grande distribution ne peut pas se permettre pour répondre à la demande des consommateurs en période de fêtes. J'ignore la provenance du foie gras servi chez Eat Me mais il était exquis. Un bémol en revanche pour le toast à la confiture trop sucré mais admirablement brioché qui n'a malheureusement pas suscité un grand enthousiasme.

Electric Sashimiviche* / Sashimi de thon rouge (éthique) ceviche-style au pomelo, piquillos et fleur de Sichuan 

Je sais déjà que je recommanderai ce plat à chacun de mes amis qui m'accompagnera chez Eat Me rien que pour l'expérience inédite provoquée par la fleur de Sichuan ! En croquant l'inoffensif (du moins en apparence) petit bouton jaune, j'ai eu la même sensation que lorsque, enfant, je touchais de la langue les deux languettes d'une pile électrique pour vérifier si elle était plate. Wow, ça pétille et ça explose en bouche, cette chose-là !

*Le serveur doit bien s'amuser quand il prend les commandes ;o)

Barbacoa Marquitos / Trois tacos de boeuf braisé, queso fresco, crème acidulée et salsa au piment chipotle 

Des tacos bien garnis et cossus, "du lourd, du lourd" (c) Lobo et Moumoune, ensevelis sous une montagne de fromage, d'inspiration tex-mex mais en moins doux et sirupeux.

Steak Chi-Me-Churri / 100g d'entrecôte de boeuf rassie, condiment chimichurri

Carlitos et moi étant de grands fans de viande rouge et de sauce chimichurri, nous nous sommes décidés pour deux portions tant qu'à faire ! La purée de pomme de terre était excellente.

Eat Me Baby Burgers / Deux mini burgers au bacon, cheddar et oignons

Difficile de partager des mini burgers, surtout quand ils sont aussi mignons. Nous en avons donc commandé un chacun. Après, nous n'avions plus faim mais ceci est une autre histoire ;o)

Pork in Shanghai / Poitrine de porc cuite 24 heures, accompagnée de nouilles de riz croquantes

Un jour, il faudra que je demande au beau-frère hong-kongais de Lui comment s'appelle le plat chinois à base de poitrine de porc dont je raffole. Bien que l'assaisonnement était différent, la bouchée de poitrine de porc chez Eat Me était fantastique !

Tikka 'Nada / Trois empanadas de poulet tikka, sauce tamarin

Carlitos étant Chilien, les empanadas, il connaît ! ;o) Cette version indienne au poulet à tremper dans une sauce aigre-douce était moelleuse à l'intérieur et légère et croustillante à l'extérieur.

Je ne sais pas pourquoi nous n'avons pas choisi de spécialités d'Afrique et du Moyen-Orient mais ça me donne une bonne raison pour retourner chez Eat Me pour tester "Life's a Beach / quatre couteaux légèrement gratinés, poivron fumé et condiment mayonnaise / harissa maison."

White Dutchess / Notre dame blanche au caramel salé, chocolat / noix de pécan, meringue et glace vanille Bourbon

1001 Passions / Millefeuille mangue / passion et glace rhum raisin

Lui et moi ne sommes pas très desserts en général, mais nous nous sommes laissés tenter par un Italian Pick-Up (crème brûlée de cappuccino à l'Amaretto) pour Lui, présenté en tasse et qui ressemblait pas mal à une mousse au café, un Raspberry Heart (fondant au chocolat noir et coeur framboise servi avec une glace vanille Bourbon) pour Carlitos, une White Dutchess pour Marie et un 1001 Passions pour moi. Tout un programme ! 

Inutile de préciser qu'après un tel repas, nous n'avons pas eu l'énergie de sortir faire la fête et que nous sommes gentiment rentrés nous coucher ;o) C'est triste, mais c'est le grand âge qui veut ça...

Eat Me / Rue Pépinet 3 / 1003 Lausanne / Suisse

Commenter cet article

Anne M 27/09/2014 10:20

J'habite un peu loin de Lausanne, dommage...j'irai avec grand plaisir dans ce restaurant car j'aime bien le concept des "petites assiettes" qui permet de goûter à une plus grande variété de plats. Cela n'a pas dû être facile de choisir :-)
A défaut d'être un régal pour les papilles, grâce à tes photos, c'est un régal pour les yeux !
Bises

Koyangi 08/10/2014 12:49

Merci pour mes photos. J'aime beaucoup partager mes repas comme dans certains pays d'Asie où ça ne viendrait pas l'idée des gens d'avoir des assiettes individuelles. En Corée, seuls le riz et la soupe sont individuels. Tous les plats sont apportés à table et chacun picore selon ses envies et sa faim. Pour choisir, cela a été compliqué mais ce soir-là, nous avons décidé que chacun devait choisir 3 plats selon ses goûts à partager avec les autres. J'ai choisi le Pork in Shanghai, le steak Chi-Me-Churri et les tacos.

Zdravko 20/09/2014 00:20

I tako lako zaboravišmo na nevolje drugih ljudi... Daleko su, to se nama neće desiti... I neka neće, (ako bogda), ..........

Koyangi 08/10/2014 12:45

Many thanks for your message even though I cannot understand it...

Musme 10/09/2014 20:51

Quel festin !!!En lisant la description de ces plats, tout me fait envie même si beaucoup me sont totalement inconnus. J'aime beaucoup le foie gras mais je serais incapable de regarder un documentaire sur la fabrication de celui-ci, par lâcheté.

Koyangi 08/10/2014 12:43

Tout comme toi, je ne regarde pas les documentaires sur les abattoirs ni sur l'engraissage des volailles pour leur foie gras. Pour moi, ça se rapproche plus du voyeurisme que du reportage à but informatif et les auteurs sont souvent des vegan purs et durs. Sur Cuisine TV, j'avais suivi les reportages de Jamie Oliver sur les poules et les porcs élevés en batterie et même si les images étaient violentes, il disait que l'on pouvait éviter ces traitements inhumains en refusant d'acheter des volailles à EUR 3.- (à ce prix-là, c'est sûr que le poulet n'a pas vu la lumière du jour), en regardant les numéros inscrits sur les oeufs et en achetant notre viande chez des producteurs soucieux du bien-être des animaux. En Suisse, l'élevage en batterie est interdit et nous avons suffisamment de marchés à la ferme pour éviter ces horreurs. Grâce aux Jardins d'Ouchy, j'ai fait la connaissance d'un agriculteur qui n'élève que 3 cochons dans sa ferme à Cugy (pas assez pour les grandes surfaces), qui vivent à l'air libre et sont nourris avec les céréales et les pommes de terre qu'il produit lui-même. Donc, quand on veut, on peut même si je comprends bien qu'avec un budget super limité, c'est plus compliqué.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents