Koyangi Bacalhau

Koyangi Bacalhau

Adoptée Coréenne

Publié par Koyangi sur 20 Février 2008, 14:00pm

Catégories : #Les êtres vivants


C'est en recherchant des informations sur l'incendie de Namdaemun ou Grande Porte Sud qui a été détruite et qui me chagrine parce que mince, c'est quand même un symbole fort de Séoul qui a disparu, que je suis tombée par hasard sur des blogs de quelques "adoptés coréens". Ce mot a raisonné bizarrement en moi, même si j'en suis une aussi, de Coréenne adoptée, car je trouve que c'est proche de "chien perdu sans collier".

J'ai été adoptée, je suis Coréenne d'origine, j'ai un prénom, un nom, deux mamans, deux papas, deux petits frères, un chat, je suis née à Séoul et j'ai été élevée à Lausanne : Tout ceci me définit mais ne dit rien sur ce que je suis, moi.

J'ai eu énormément de chance d'avoir été recueillie par une famille aimante (merci maman, merci papa !) qui m'ont aidée à devenir ce que je suis et également d'avoir eu l'occasion de renouer avec ma famille d'origine (merci omma) et cela me rend triste de voir que cela n'en a pas été forcément ainsi pour tous. 

Je pense cependant qu'être adopté n'est pas une condition facile à vivre. Pour des raisons souvent inconnues parce qu'on est trop petit pour comprendre, on se retrouve privé des seules personnes au monde censées nous apporter amour et protection : nos parents. En tant qu'adulte, c'est déjà difficile d'être quitté lors d'une rupture amoureuse, imaginez ce qu'un pauvre petit bout de chou peut ressentir ! Il y a de quoi traumatiser plus d'un oisillon ! Même maintenant, je me demande comment je réagirais si du jour au lendemain, on m'envoyait contre ma volonté à Vladivostok sans pouvoir garder contact avec les personnes que j'aime, sans aucune perspective de les revoir un jour, sans un sou en poche et sans parler un mot de russe... Je crois bien que ce serait la déprime totale !

De plus, on vit souvent avec une grande faille, que l'on arrive plus ou moins bien à colmater, qui fait qu'on s'imagine ne pas valoir grand chose, vu que nos propres parents nous ont abandonnés ou alors qu'on a certainement dû faire une énorme bêtise pour être puni de la sorte ! Enfin, c'est ce que je croyais... Et j'ai passé des années à me demander ce que j'avais bien pu faire faux.

Par la suite, on se fait une raison, on apprend à se dire que nos parents devaient certainement être trop pauvres pour nous garder, que nos nouvelles familles nous ont souhaité plus que tout, mais la question lancinante et horrible qui demeure est : POURQUOI ?

Certains vivent avec ce mal toute leur vie et je compatis très sincèrement, d'autant que je suis passée par là et que je sais combien on en souffre intérieurement. Il faut être très fort pour se remettre d'un tel choc.

Moi, j'ai eu le bonheur de renouer avec mes origines, mon passé, mon histoire, ma famille, de comprendre les raisons de mon adoption et cela, je le dois à mes parents à la fois suisses et coréens qui m'ont donné la plus belle leçon d'amour, de confiance et de respect qui soit : 

Me laisser vivre ma vie tout en étant présents pour moi, du côté suisse et me reconnaître comme un être à part entière, du côté coréen.

Je ne suis ni Suisse ni Coréenne, je suis les deux ! Je suis fière des deux cultures qui cohabitent en moi, des qualités intrasèques de ces deux peuples si différents, de mon apparence asiatique et de ma culture occidentale*. Et je vis avec un Portugais qui a passé son enfance en Angola, vive le choc des nations !

*J'ai encore un conflit de loyauté lorsqu'il y a des matches de football Suisse-Corée comme lors de la dernière Coupe du Monde et que je ne sais pas qui supporter... C'est une chose que je ne sais pas encore gérer ;o)

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents