Koyangi Bacalhau

Koyangi Bacalhau

Cristobald (2007 - 2008)

Publié par Koyangi sur 5 Juin 2008, 13:29pm

Catégories : #Les êtres vivants


Au travail, à part nous goinfrer de chocolats et de douceurs, nous faisons également office de refuge pour animaux*. C’est ainsi que nous avons déjà recueilli deux chats perdus sans colliers, assuré tout un après-midi le gardiennage de Spencer le chien amené par Samuelle et sauvé Cristobald la musaraigne !

Ma première rencontre avec Cristobald remonte au mois de mai 2007, lorsque je me suis rendue discrètement au petit coin à côté de notre bureau, prise d’un besoin pressant ou plutôt désireuse de « me refaire une beauté et me repoudrer le nez», comme le prétextent les élégantes. En ouvrant la fenêtre des toilettes donnant sur une évacuation d’eau, j’ai vu bouger une minuscule boule de fourrure d’un très beau gris souris et me suis retrouvée nez à nez, ce qui est le cas de le dire, avec une musaraigne.

Je n’ai pas hurlé : « Hiiiiiiii, une souriiiiiiis ! » car je n’ai pas peur de ces bestioles et j’avais bien vu au museau pointu que ce n’était pas une souris. Au contraire, j’ai couru vers Samuelle lui montrer la mignonne créature qu’elle a aussitôt baptisée Cristobald.

Comme dans le film de Steven Spielberg où il fallait sauver le soldat Ryan, nous avons décidé de sauver le petit Cristobald, non pas des Allemands, mais des eaux. Les minutes étaient comptées : une musaraigne, de par sa petite taille, doit s’alimenter toutes les 3 heures et si elle ne dévore pas son poids en nourriture par jour, elle peut mourir en quelques heures (hey, mais c’est tout moi, ça !).

Ne sachant pas comment capturer une musaraigne et parfaitement inconsciente du danger  (vermines et autres parasites), j’ai avancé ma main pour attraper Cristobald… qui m’a mordue (ceci m’a valu d’être grondée par Lui qui m’a dit que j’étais complètement folle) ! Raté ! Il fallait trouver un autre plan et vite ! C’est alors que l’idée nous est venue de nous munir d’un cintre pour pousser Cristobald dans un coin de la pièce et de le saisir cette fois avec un sac en plastique, que nous avons retourné sur lui-même à la manière d’une chaussette (le sac, hein, pas Cristobald !).


Après une rapide séance de shooting photos, nous avons relâché Cristobald dans la nature et n’avons plus jamais entendu parler de lui… jusqu’à hier ! Besoin pressant, toilettes, fenêtre et boule de fourrure grise : Cristobald était revenu !!! Cette fois, nous l’avons laissé dans le trou d’évacuation des eaux, nous disant que nous le libérerions le lendemain, non sans nous être assurées qu'il ne manquerait pas d'insectes à croquer…

Mauvaise décision, car ce matin, Samuelle a trouvé le petit corps de Cristobald coincé dans la porte des WC, tout froid et déjà figé dans la mort par la rigidité cadavérique… :o( Nous ignorons ce qui s’est passé pendant la nuit, mais il n’était pas bien joli à voir, la patte droite bizarrement recroquevillée derrière la nuque… Samuelle l’a délicatement enveloppé dans du papier ménage, puis dans un emballage de capsules Nespresso et a balancé le tout à la poubelle.

Edit de dernière minute : une collègue vient de nous dire que pendant la pause de midi, elle a vu Cristobald courir dans le jardin à côté de notre bureau. Cristobald ne serait-il pas mort ? A-t-il réussi à s’extraire de sa boîte Nespresso ? La musaraigne morte découverte par Samuelle était-elle une de ses lointaines cousines ? Ou son demi-frère par alliance du côté maternel ? Notre bureau est-il cerné de musaraignes ? Allons-nous survivre à cette invasion ? Comment allons-nous contrer la vengeance de la musaraigne masquée ?

Suite au prochain épisode…

*Non, nous ne travaillons pas à la SPA !

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents