Koyangi Bacalhau

Koyangi Bacalhau

La Rolls des cosmétiques

Publié par Koyangi sur 27 Novembre 2008, 14:06pm

Catégories : #Lifestyle

Au grand dam de mes chers amis lecteurs masculins, de mon frangin, de la Famille Poissons et de Marion qui ne semble pas trop apprécier ce genre d'articles à ce que j'ai cru comprendre, je vais vous parler de ma découverte d'une marque prodigieuse pour le visage qui n'est pas Chanel, Lancôme ou autre Kenzoki qui sévissent sur les blogs féminins, mais Bobbi Brown !

 

Un matin, je me suis réveillée et me suis retrouvée en panne d'eye-liner. Je vous laisse imaginer le drame ! Je n'allais quand même pas sortir dans la rue avec des yeux de chaton nouveau-né sous le prétexte de tester un make-up totally nude... Cette perspective était aussi bouleversante pour moi que d'imaginer Amy Winehouse sans choucroute sur la tête, sans tatouages et sans poudre dans le nez ou une moussaka sans aubergines.

 

Je me suis débrouillée comme j'ai pu en diluant le reste de l'eye-liner avec un peu d'eau et me suis précipitée dans la grande surface la plus proche pour le remplacer fissa fissa. Je me baladais ainsi parmi les présentoirs MAC et Clarins lorsque les cosmétiques Bobbi Brown m'ont littéralement tapé dans l'oeil. La vendeuse experte et efficace qui m'a accueillie m'a convaincue d'essayer un nouveau concept d'eye-liner, différent de ceux qui se présentent d'habitude sous forme liquide avec le pinceau intégré dans le bouchon.

 

 

Avec le long-wear gel eyeliner et le pinceau ad hoc vendu séparément, j'ai retrouvé les sensations que j'avais lors de mes études d'arts plastiques quand le pinceau en poils de martre rouge que je convoitais était enfin le mien. Il y a une certaine sensualité dans l'acquisition d'un pinceau. Les matières nobles qui le composent comme le bois, la soie, les poils d'écureuil ou de chevreau par exemple, l'esthétique de l'objet précieux - qui n'a jamais touché un pinceau en poils de petit-gris ne peut pas comprendre - ainsi que la volupté du geste lorsqu'on le fait glisser, chargé de matière, sur un papier Arches de 250g minimum, tout cela contribue à nous transporter dans un monde de beauté... en principe. Cela dépend du talent de la personne qui le manie.

 

Chaque matin, me maquiller est devenu un vrai plaisir grâce à ce produit qui tient toutes ses promesses : la texture de l'eye-liner est douce, étonnante et crémeuse, le flacon qui ressemble à un mini encrier est ravissant et le choix des couleurs est simplement prodigieux.

 

Conseil du coach : "Si tu manges un substitut de repas en barre, accompagne-le de jus de légume ou de yaourt".

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents