Koyangi Bacalhau

Koyangi Bacalhau

Swisspassport 2009

Publié par Koyangi sur 21 Janvier 2009, 14:00pm

Catégories : #Les êtres vivants

Hier, je voulais tout dézinguer sur mon passage tendance serial-killeuse sous psychotrope, aujourd'hui, je ne suis que paix et amour.

Ce revirement d'humeur me surprend et m'inquiète par sa soudaineté : serais-je borderline, nom d'une pipe ? Mais non (enfin, pt'être bien que si), la solution est simple ! Une bonne soirée débutée en présence du binôme papa-maman, suivie de deux rendez-vous avec des amis a suffi pour que je retrouve mon entrain et ma vaillance légendaire.

Hier donc, nous étions le 20 janvier 2009.

Cette date restera marquée à jamais dans l'Histoire avec un grand M, parole d'ancien lofteur has-been, car le 20 janvier 2009, Barack Hussein Obama devenait le 44e Président des Etats-Unis d'Amérique dans le monde (yes he can) et mon brave copain Oli sortait l'édition 2009 du Swisspassport à Lausanne en Confédération Helvétique dans le monde (yes he can) !


Oli a toujours su choisir des dates historiques pour le lancement de ses Swisspassports. Cet homme est génial.

Ceux qui débarqueraient sur mon blog et qui n'auraient pas le courage de lire mes articles dans leur exhaustivité (si, si, c'est possible, ma copine mjb l'a fait, elle !), peuvent cliquer ici pour une séance de rattrapage.

Comme chaque année, Oli a fait les choses en grand en nous conviant dès 19h au Bar Tabac de Lausanne.

Vu sous cet angle, on dirait un peu l'entrée d'une crypte... Mais cela n'a rien à voir ! Le Bar Tabac est un bistrot charmant et chaleureux et pas un lieu de rendez-vous secret pour vampires... quoique, cela reste à vérifier.

Le Bar Tabac, sis au 7, rue Beau-Séjour, est un bar sympathique, qui, contrairement à ce que son nom pourrait le laisser supposer, est sans fumée les lundis, mardis et mercredis. L'ambiance rappelle un peu l'atmosphère d'Amélie Poulain avec son zinc noir, ses affiches anciennes au mur, ses petites tables de récupération en bois et son parquet aux lattes irrégulières. Le Bar Tabac est sans doute aussi le plus "parisien" des cafés lausannois : La fréquentation est très éclectique passant du yuppie bien habillé à la femme enceinte, de la fashionista au vieux monsieur solitaire plongé dans son journal. On y boit d'excellents breuvages comme de la citronnade à l'ancienne, du sirop gingembre-safran, du thé de menthe fraîche aux pignons, mais aussi de l'absinthe et d'excellents mojitos, le tout accompagné de rillettes de canard, de tomme vaudoise, de tomates séchées et autres saucissons secs du terroir.

Une super adresse, que vous retrouverez dans les brochures d'Oli distribuées gratuitement par les meilleures enseignes de la ville et les hôtels quintétoilés que sont le Lausanne Palace et le Beau-Rivage Palace, où officie la talentueuse Chef française Anne-Sophie Pic (je me dois d'aller goûter ses plats et c'est non-négociable).


Car voyez-vous, Lausanne est plus qu'une misérable cité de province, comme nombre de Parisiens et de Genevois pourraient le penser. Certes, on y parle lentement et avec des mots bizarres (t'as passé la panosse ? / T'es royé ou bien / Tcheu c'te souillasse ! / Dedieu, c'est quoi ce chenit ?), mais cela n'a pas empêché des personnalités comme Voltaire, Mozart, Napoléon 1er, Sissi Impératrice, le Mahatma Gandhi, le Baron Pierre de Coubertin, Rita Hayworth, Grace de Monaco, j'en passe et des meilleurs (Antoine de Caunes, Mikhaïl Gorbatchev, Ruud van Nistelrooy, par exemple, contribution personnelle tirée de mes archives privées ;o)) d'y séjourner, d'y vivre, d'y accoucher, d'y mourir et d'y être enterrées. Nous avons en effet un espèce de "mini cimetière du Père Lachaise" où reposent Coco Chanel et Eugène Viollet-le-Duc parmi tant d'autres, célèbres ou anonymes, vanitas vanitatis, amen.


J'ignorais que tous ces People s'étaient un jour arrêtées à Lausanne - vous connaissez probablement la légendaire image de retenue et de discrétion des Suisses, qualités qui produisaient d'excellents banquiers à une époque désormais révolue - et l'ai appris grâce au Swisspassport (pour info, ce billet n'est pas sponsorisé ;o)) !

Même si je n'y ai fait qu'un saut car j'avais un dîner juste après avec ma copine Madame, j'ai passé un agréable moment à discuter avec le représentant de Tabac Besson, situé à la rue de Bourg (notre Rodeo Drive local ;o)), qui avait les faveurs du romancier Georges Simenon (l'établissement, pas le représentant) et l'un des frères Jobin - ai-je parlé à Yves ou à Hervé Albert ? - créateurs de bijoux très originaux.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents