Koyangi Bacalhau

Koyangi Bacalhau

Restaurant Castas e Pratos (POR)

Publié par Koyangi sur 28 Novembre 2011, 02:00am

Catégories : #Porto, #Portugal, #Restaurant

Une dernière escapade dans la Vallée du Douro avant de rejoindre les délices de Porto. Lorsque le chauffeur de l'Aquapura nous a laissés devant le restaurant Castas et Pratos situé dans la ville de Peso da Regua, nous nous sommes demandés s'il ne s'était pas trompé d'adresse.

 

DSCN5836

  D'un côté de la rue, nous avions le paysage désormais familier des rives du Douro...

 

DSCN5837.JPG

Et de l'autre, un lieu de stockage de la gare de Peso da Regua peu engageant à première vue...

 

C'est une fois à l'intérieur que nous avons compris le potentiel de l'endroit, l'entrepôt ayant été totalement réhabilité pour en faire un restaurant moderne et trendy !

 

DSCN5821.JPGDSCN5823.JPGComme quoi, ce n'est pas toujours la première impression qui est la bonne !

 

Au menu, des mets simples et agréables, parfaits pour un déjeuner en ville, que nous avons choisis à la carte.

 

DSCN5829.JPGDSCN5830.JPG 

En entrée : un assortiment de spécialités portugaises avec des champignons et du chouriço pour Lui et des asperges grillées avec du jambon Pata Negra aromatisées d'un filet de miel pour moi

 

DSCN5832.JPGDSCN5831.JPG

 

En plat : des gambas au curry qui manquaient malheureusement d'assaisonnement pour Lui et un filet de veau servi sur du pain toasté accompagné de pommes de terre rôties et d'épinards à l'ail et à l'huile d'olive pour moi. A noter que les Portugais consomment plus de veau que de boeuf que les Suisses ! 

 

DSCN5833.JPG

 

En dessert : une assiette de fruits frais pour moi, Lui étant décidément un petit mangeur

 

Je n'ai rien constaté de vraiment renversant ni d'original dans les plats proposés chez Castas e Pratos, même s'ils étaient bons et bien exécutés, mais j'étais impressionnée de découvrir un restaurant aussi branché dans une ville aussi rurale et reculée du Nord du Portugal !

 

Castas e Pratos / Rua Jose Vasquez Osorio / Peso da Regua / Portugal

Commenter cet article

Adeline 19/12/2011 16:05


ça peut être une piste effectivement (notamment au niveau du manque de sommeil, qui régule toutes nos hormones) Je suis de tout coeur avec toi.

Adeline 15/12/2011 13:47


Dans notre désir d'enfant, c'est avant tout, selon moi, notre instinct de survie qui prédomine, suivi de près par l'envie d'une vie de famille enrichissante. Même si j'ai eu la chance
de tomber enceinte rapidement (5 mois après l'arrêt de la pilule) pour mes 2 enfants, l'attente a été viscéralement très douloureuse, alors j'imagine comme cela doit être dur pour toi. Je
peux comprendre ton désarroi et ton envie de tout laisser tomber, surtout si tu as des effets indésirables avec ton traitement. Si tu as besoin de mon soutien, n'hésite pas.


 

Koyangi 19/12/2011 13:51



A propos du désir d'enfant, c'est amusant car ça me fait penser à la réaction de ma maman quand je lui ai dit que Lui et moi nous voulions en avoir un : "C'est pour faire comme
tout le monde ?" qu'elle m'a demandé. Mais bien sûr et après, on achètera un 4x4, ah non, ça, on a déjà, une maison et un labrador ! ;o) Merci pour ta proposition, mais ça va, je crois que j'ai
surtout besoin de penser à moi et de diminuer un peu le tempo de mes activités frénétiques. Comment je veux avoir un enfant avec le rythme de vie que je mène ? A méditer.



Adeline 14/12/2011 17:18


C'est clair que dans toute chose, on peut voir du positif et du négatif. Pour ma part, les hormones et la " pression " sociale  ne m'ont pas trop laissé le choix, et je suis tombée
enceinte assez rapidement donc je n'ai pas eu le temps de trop y réfléchir. Maintenant, même si j'aime énormément mes enfants et les enfants en général puisque je suis nounou, je t'avoue que je
me sens un peu à l'étroit dans ce rôle, et parfois même un peu coincée. Ceci dit, je pars du principe que dans la vie, j'ai toujours mon mot à dire, et si je le voulais vraiment, je pourrais
partir, dès aujourd'hui, en laissant tout derrière moi. Ce que je ne souhaite pas.

Koyangi 15/12/2011 12:26



Je suis heureuse pour toi que tu aies été enceinte rapidement, c'est ce que je souhaite très sincèrement à toutes les femmes qui souhaitent avoir un enfant, parce que c'est le
parcours du combattant dans le cas contraire. Même moi qui ne sais pas trop quoi penser de mon désir d'enfant qui est toujours fluctuant (parfois, cela me semble évident,
parfois non), je trouve que c'est dur et je ne sais pas si j'aurais le courage d'aller plus loin que la prise d'hormones. Je suis même à deux doigts de baster et d'annuler mon rendez-vous de
janvier. Du coup, je n'ose même pas penser à la torture que doivent ressentir les femmes qui ne peuvent pas imaginer leur vie sans enfant et qui se lancent dans des traitements
terribles et parfois douloureux :o( Quant aux choix à faire dans la vie, je crois bien que c'est la seule liberté qui nous reste, en bien ou en mal, d'ailleurs, mais ça fait du bien à la
tête de se dire que fondamentalement, on peut faire ce qu'on veut et ce, malgré cette foutue "pression sociale" !



Anne-Laure 07/12/2011 18:46


Qu'il cache bien son jeu ce restaurant. La déco est vraiment chouette ; j'aime ces contrastes.  Encore une fois, tu me fais saiver comme pas possible avec tes photos. D'autant plus que je ne
sens pas le manque d'assaisonnement en les regardant ! :)

Koyangi 14/12/2011 14:12



C'est l'avantage des images, on ne sent pas les goûts... Quoique, des fois, ce serait bien, des images en 4 dimensions ;o)



Adeline 05/12/2011 13:46


Oui, le plus drole et instructif dans l'histoire, c'est que j'avais un double dialogue qui se jouait pendant que je mangeais ... :


A mes enfants :" hum, c'est bon les légumes, regardez les enfants, maman mange plein de légumes, c'est bon pour la santé, ect, ect ... " lol


A moi même : " vraiment dégueu ces légumes, j'aurai mieux fait de me prendre cette tarte au citron qui me faisait de l'oeil " ...

Koyangi 14/12/2011 14:44



Ah, c'est le lot de chaque maman de donner le bon exemple à ses enfants, même si l'envie n'y est pas ;o) Etre maman est un tel dévouement de tous les instants que parfois, pour me
réconforter, je me dis que ce n'est pas grave si je ne peux pas le devenir. Il y a des avantages et des inconvénients dans toutes les situations. Oui, avec le temps, je commence à
devenir philosophe ;o) 



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents