Koyangi Bacalhau

Koyangi Bacalhau

L'amour est dans le pré 2010, épisode 6

Publié par Koyangi sur 13 Juillet 2010, 13:00pm

Catégories : #Le salon

Vindiou, déjà 6 épisodes et il ne se passe toujours rien dans le pré ! Enfin, si, un peu quand même, mais je me réjouis du moment où les agriculteurs/trices devront faire leur choix avant de partir en voyage. Bon, commençons par le commencement, avec ci et là, quelques réflexions bien senties de ma copine Madame.

 

3368900-photo-crop-pdbdf6a28fcbc26c67cc5634128303d01-episod.jpg

 

Freddy : Comme d'hab, j'ai raté les 5 premières minutes les plus intéressantes où on voyait les petits lapins bio... Zut alors, les zanimos, c'est ce qu'il y a de plus joli à regarder dans cette émission ! Bon, revenons à nos humains. Plus on avance dans les épisodes, plus on s'aperçoit que le Freddouille, il est à fond dans la décroissance et la simplicité volontaire. D'ailleurs, à la place de rigoler sur sa coupe de cheveux improbable et sa collection de pulls en laine, on ferait mieux de prendre exemple sur lui car il préfigure le mode de vie qui nous attend quand l'Europe aura implosé avec la crise financière et qu'il ne nous restera plus que quelques topinambours à grailler, à même la poêle léchée par le chien. Ah, ce sera tout de suite moins la marrade avec notre tablier et notre fichu sur la tête, c'est moi qui vous le dis ! C'est pourquoi je ne comprends pas les réactions dégoûtées et moqueuses de Malagalie et de Sylvie : Sylvie, la fille qui chuinte quand elle parle et qui en a visiblement ras-les-courgettes du bio, laisse Malagagalie se dépatouiller toute seule dans les griffes de Freddy (oui, trop facile celle-là) qui saute sur l'occasion pour l'emmener dans la boîte branchée du coin pour la "danse de l'été", où il s'agit de mettre le plus de distance entre soi et le partenaire, contrairement à la Lambada où l'on bouge collé-serré. Bref, le Freddy, il commence à être sacrément tendu du slip kangourou quand il est en présence de Magalalalie et quand il lui demande enfin ce qu'elle pense de lui et qu'elle lui répond qu'il est un "ami" pour elle, il est tout content ! Bah oui, quoi, si après trois jours, elle éprouve de l'amitié pour lui, ça veut dire qu'il n'a plus qu'à attendre un peu pour qu'elle soit d'accord de lui faire la cuisine et la vaisselle ! En plus, Sylvie lui laisse la place. Trop sympa, il n'aura même pas à choisir entre les deux. La vie est belle dans les Deux-Sèvres ! En plus, elles lui réservent une surprise pour la prochaine fois. Euh, elles vont se barrer ?

 

Moi : Je mangerais bien une glace. Avec de la crème Chantilly et des noix caramélisées...

Copine Madame : Tu regardes Freddy et tu as envie de douceurs ???

Moi : Non, c'est à cause de la pub sur les Cornettos à la fraise...

 

3368876-photo-crop-pdbdf6a28fcbc26c67cc5634128303d01-episod.jpg

 

Yoann : Emmanuelle a jeté son dévolu sur Cauet avec des cheveux qui le lui rend bien, même s'ils ne se sont pas encore fait de bisous, ce qui ne saurait tarder si Géraldine voulait bien f...tre le camp et plus vite que ça parce que ça urge et que l'appel de la nature se fait de plus en plus pressant, sacrédié ! Seulement, voilà, la Géraldine, qui ne comprend déjà pas comment on peut se rincer dans une baignoire après s'être lavé dedans, ne décrypte pas mieux les premiers signes du rut entre les deux mammifères consentants. Quand Yoann lui explique qu'elle est aussi excitante pour lui qu'une huître d'élevage molle et fadasse et qu'il est sacrément attiré par Emmanuelle (Hopp Schweiz), la Géraldine se met à pleurer car la vérité, c'est qu'elle est trop amoureuse de lui, même qu'elle a des papillons dans tout le corps (après trois jours, c'est beau) et même qu'on ne l'avait pas remarqué. En temps normal et lorsque ça pue la bouse tiède fraîche du jour, le commun des mortels plie bagage et se tire rapido presto pour ne pas se choper la teuhon honte, surtout quand c'est filmé et que ça passera à la TV, mais pas Géraldine. Elle, elle reste pour jouer à la troisième roue du char et tenir la chandelle. Par conséquent, Yoann est obligé de passer à l'artillerie lourde et de prendre des mesures radicales : il refourgue la Géraldine à un de ses copains pour qu'il l'amène visiter le Loiret ou n'importe quel endroit du moment qu'elle soit loin de chez lui. Après avoir constaté que les activités touristiques sont plutôt limitées dans la région, Géraldine se décide enfin à partir. Alléluia !

 

3368888-photo-crop-pdbdf6a28fcbc26c67cc5634128303d01-episod.jpg

 

Jean-Pierre : Toujours pas de chansonnette pour Jean-Pierre, à part une brève séance de karaoké ou ses prétendantes se révèlent pires que lui (si, si, c'est possible). Le Rossignol breton passe ses journées à alterner traites, repas et siestes, tout en pestant contre le plan mental pas assez intellectuel, ou le plan intellectuel pas assez mental, ou le mental intellectuel pas assez plan (va comprendre ?) des deux beautés qu'il héberge chez lui et qui se répandent en soupirs de désir enflammé pour son corps musclé et sa boucle d'oreille coeur trop tendance. Tous les coups sont permis entre Nadège et Christelle pour attirer les faveurs de notre agriculteur du Morbihan : tandis que l'une fayote en se levant aux aurores pour l'aider à traire ses vaches, l'autre se met en tête de lui préparer un plat de pommes de terre au fromage (un gratin en vf) qui ne suscite aucun commentaire de sa part. Au contraire, il regarde la préparation d'un air dubitatif avant de s'en aller griller des steaks. Ca sent drôlement le roussi, chez Jean-Pierre.

 

Moi : Tu remarqueras les belles combinaisons, comme toujours !

Copine Madame : Très jolies, surtout avec cette écharpe violette. Il manque juste une touche de couleur gaine pour que l'ensemble soit parfaitement réussi ! 

 3368882-photo-crop-pdbdf6a28fcbc26c67cc5634128303d01-episod.jpg

 

Vincent : On ne sait toujours pas si Vincent, qui aligne mauvais gag sur mauvais gag, a fait l'école du cirque ou s'il n'est qu'un rustre, macho et grossier, toujours est-il qu'il vit dans une maison qui ressemble à une ruine à l'extérieur et à une galerie d'art minimaliste à l'intérieur, ce qui relève d'un sens de l'esthétique architecturale relativement pointue voire carrément post-moderniste. Ses prétendantes cherchent à caser qui, son chien, qui ses deux chevaux chez lui, mais on ne sait pas trop comment tout cela va finir, même si Vincent semble préférer l'institutrice effacée qui sait conduire un tracteur mais qui ne copine pas beaucoup avec ses amis. Sans Marie-Jeanne la chatte, j'avoue que je m'ennuie.

 

3368904-photo-crop-pdbdf6a28fcbc26c67cc5634128303d01-episod

 

Alain : Derrière le Prost des céréales passionné de tracteurs et de maisons en bois, se cache un homme blessé qui ne veut plus accorder son coeur à la première manante venue. Du coup, Alain ne montre pas ses sentiments - s'il en a - et se comporte comme un very super pote en proposant des activités de very super potes : apéros, karting, quads, coupe du monde de football, etc., sauf qu'il est censé chercher l'amour et qu'on a plutôt l'impression qu'il veut se débarrasser le plus vite possible des deux pipelettes d'occasion qui logent et qui gloussent chez lui. Et hop que je te les envoie faire des courses au supermarché à 20 km de la maison ! C'est pratique, finalement, une maison isolée au milieu de nowhere...

 

3368886-photo-crop-pdbdf6a28fcbc26c67cc5634128303d01-episod.jpg

 

Sylvie : En voici une autre qui n'a pas compris que le principe de l'émission est de rencontrer l'Amour avec un grand B ! Avec Sylvie, l'amour, ça consiste à savoir qui dans le couple a les plus gros muscles, qui dans le couple battra l'autre au bras de fer, qui dans le couple mangera le plus de frites, qui dans le couple saura monter le mieux les canassons, pardon, je veux dire "les plus belles conquêtes de l'homme" parce que dans le milieu équestre, c'est urf. Ainsi, on ne donne pas à manger à un cheval, mais on le "soigne", un cheval n'a pas de pattes, comme j'ai eu le malheur de le dire une fois à mon prof d'équitation, mais des "jambes" et on ne caresse pas un cheval, on lui "donne l'accolade" (bon, ça, c'est moi qui invente). Constatant que Sylvie penche lentement mais sûrement en faveur d'une amitié franche et virile avec lui, le Philou évacue son stress en faisant du vélo, de la muscu et du stretching en chaussettes blanches dans des chaussures noires (non, non, non), essaie de rattraper ses bourdes de langage comme il peut et tente de séduire la maman de Sylvie en lui récitant son CV où il est passé expert ès "polyvalence professionnelle" en tâtant de tout (et je ne parle pas que de son passé d'acteur de films X, hein), c'est-à-dire en alignant plein de petits jobs que ne renierait pas un smicard. La maman de Sylvie, qui est l'antithèse de la maman de Freddy et qui porte un drôle de turban dans les cheveux, ne peut s'empêcher d'esquisser une moue de dépit dans son salon cosy de famille aisée. On sent que l'avenir sentimental de sa fille passera par elle et que pour l'instant, Philippe ne vaut guère plus qu'un palefrenier à ses yeux. Quand je vous disais que le monde équestre était urf...

 

Copine Madame : Il faut arrêter de se voiler la face. Il ne s'appelle pas Philippe pour rien, m...de quoi !

Moi : Ah, oui, pourquoi ?

Copine Madame : C'est du grec, très chère : "Qui aime les chevaux..."

Moi : Aaaaah... (moi aussi, j'ai un souci au plan intellectuel de mon mental)

 

(c) All photos : M6.fr

Commenter cet article

Koyangi 19/07/2010 13:16



@Ploquette : Ouch, faut être super motivée pour regarder l'Amour est dans le Pré en replay, surtout si tu mets le triple de temps !!! Aïe, je ne sais pas si j'en aurais le
courage ! ;o) Ah, oui, j'avais oublié le "vivement mardi que je rentre !", trop fort ! C'est dire comme la situation craint chez le Freddy ! A propos de Sylvie que j'aime bien, même si ce serait
bien qu'elle coupe un peu le cordon avec sa maman qui semble porter la culotte dans sa famille, je sens qu'elle cherche avant tout à se protéger, non seulement de Philippe mais des hommes en
général. Par contre, c'est vrai que ses motivations à lui ne sont pas claires... On ne sait pas trop ce qu'il cherche en fait. Et j'avoue que je me méfierais aussi si j'étais Sylvie.



Ploquette 18/07/2010 16:04



Purée, en replay, pour voir une telle émission, il me faut le double voire le triple de temps (car j'arrête dès que je veux faire un autre truc, comme visiter un blog, alors imagines!)

Ah oui, j'allais dire que tu étais mauvaise langue en disant qu'il ne se passait rien :D
"es réactions dégoûtées et moqueuses de Malagalie et de Sylvie" purée, oui ! Elles ne sont pas discrètes hein. Et Magalie qui lance "vivement mardi que je rentre chez moi", tu crois que la prod
leur a interdit de partir ?
C'est vrai que Géraldine fait fort, très fort, en restant !
On n'a pas le même point de vue concernant Sylvie et son prétendant, je pense qu'elle montre sa "force" tout simplement parce que lui voudrait une sex bomb qui ferme sa bouche, et ne cherche pas
une Sylvie et compte même peut-être la faire à son image.



Koyangi 16/07/2010 12:44



@Sabine : Je pense qu'on est obligé de prendre l'émission au 36e degré, sinon, ça fait très très peur ! ;o)


 


@Lili Rose : Rhâ non, alors !!! Ca sert à quoi de postuler pour cette émission si c'est pour se moquer des agriculteurs ou pire relever un pari ! Je trouve que c'est très moche
comme attitude. C'était arrivé l'année passée avec la pauvre Maryline et son prétendant et j'étais vraiment désolée pour elle qui avait cru à leur histoire. Franchement, les gens qui font ça
juste pour passer à la TV sont ridicules et je me dis que ce n'est pas génial pour leur image. Je suis dégoûtée !


 


@Hélène : C'est clair que certains passent "mieux" à l'écran que d'autres, si je peux m'exprimer ainsi... ;o) Par contre, Freddy reste mon chouchou et je trouve qu'il mérite
de trouver un couvercle à sa marmite car il a l'air sincère.



Hélène 14/07/2010 10:21



Rhooooooooooo  sont pas rigolos ceux-là ... moi je préfère les Fifi, Nico, Pascal et Guy ...



Lili Rose 13/07/2010 23:28



Je suis , j'ai lu que Magalala a participé à l'émission juste pour honorer un pari et que Sylvie ne voulait que des infos
sur l'agriculture bio Vu les gloussements et les moqueries des deux dindes ça ne m'étonne finalement pas. Pauvre
Freddy!


Et Géraldine qui est surprise de ne pas être choisie... euhh, moi je le suis pas du tout! lol Qu'elle cruche!


Ah la la, de vraies perles!



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents