Koyangi Bacalhau

Koyangi Bacalhau

L'amour est dans le pré, saison 6, ép. 8

Publié par Koyangi sur 4 Août 2011, 01:00am

Catégories : #L'amour est dans le pré, #Télévision

Hier soir (oui, j'avais enregistré l'épisode de lundi pour cause de fête nationale de la Confédération Helvétique oblige), je me suis sentie drôlement bouleversée quand j'ai visionné le 8e épisode de ma téléréalité agricole préférée. Déjà parce que ma copine Madame n'était pas derrière son téléphone portable pour que je puisse échanger mes impressions avec elle (pour info, ma copine Madame se trouve actuellement au fin fond du Gers en France, à Marciac plus précisément, pour le festival de jazz. Ma copine Madame a non seulement bon goût mais est aussi une grande mélomane ! Je ne suis pas sûre, perso, que je ferais tout ce chemin pour écouter du jazz ou tout autre musique, mais pour manger du foie gras et du magret de canard confit, oui ! ;o)), ensuite parce que je réfléchissais sur ma vie et que j'éprouvais un fort sentiment de vide en constatant qu'à part me la couler douce, je n'avais encore rien fait et ne ferais peut-être jamais rien de concret de mon existence. Et ça, c'est plutôt moche et assez flippant.

 

Trêve de psychotage à deux francs six sous et de nunucheries creuses et inconsistantes qui doivent être intolérables à lire pour les personnes qui sont plongées jusqu'au cou dans les vrais problèmes (sorry). Revenons à nos vaches, brebis et cochons in ze pré !

 

70480-c2-photo-oYToyOntzOjE6InciO3M6MzoiNjU5IjtzOjU6ImNvbG9.jpg

 

Hier soir, donc, j'ai été touchée par la détresse humaine et sentimentale de certains agriculteurs. Je sais bien que M6 fait ce qui lui plaît et que le montage (trop dilué d'ailleurs avec des faux suspenses qui n'apportent rien si ce n'est du temps d'antenne supplémentaire) nous incite à regarder les événements selon un script pré-défini par la Production, mais il n'empêche que j'ai eu de la peine pour Jean-Mimi, qui n'était soudain plus si mimi que ça, après que Nathalie lui ait avoué qu'elle ne souhaitait pas aller plus loin avec lui et qu'elle s'était trop avancée, tout à la joie d'avoir vu les biquettes et tout ça. En tout cas, le Jean-Mimi semble s'être métamorphosé en sergent major revêche et menaçant qui flique toutes les fréquentations de sa pseudo-dulcinée en la critiquant de "trop bien s'entendre avec l'ennemi l'autre prétendante de n'être venue chez lui que pour trouver une amie" (c'est quoi cette paranoïa de malade ?), mais moi, je n'y ai vu que la souffrance d'un homme gravement éclopé par la vie, sa mère absente, son abandon à la Ddass, etc. Bien sûr, ceci ne justifie aucunement son comportement colérique qui fait peur et qui ne doit pas être facile à gérer au jour le jour, mais quand on voit à quel point il s'est emballé pour rien (il faut que quelqu'un lui explique que si une femme craque sur des biquettes, chatons, chihuahuas, ragondins et iguanes ou n'importe quel animal cro mignon avec des plumes, des écailles ou des poils et qu'elle trinque avec lui avec une coupe de champagne, cela ne veut pas forcément dire qu'elle est amoureuse...) et à quel point il est blessé par le refus de Nathalie de coucher avec lui (mais bon, après une lettre, 10 minutes de speed dating et 2 jours passés chez lui, il espérait quoi ? Un Schweppes, peut-être ?), on peut se demander s'il ne ferait pas mieux de se confier à un psy plutôt que de participer à une émission TV ! Gros malaise donc à le voir aussi instable émotionnellement, surtout à son âge. Quant à la séquence pathétique où il fait écouter une obscure chanson d'ado à Nathalie, en lui précisant "qu'elle ne doit pas pleurer" (ahem, mais qu'est-ce qu'il y avait de si émouvant dans cette chanson ?) et en la dévisageant intensément, debout les bras croisés dans la cuisine éclairée d'un néon blafard, je ne sais pas pour vous, mais moi, ça m'a fait froid dans le dos, brrr ! Nathalie, casse-toi et vite !

 

c2-photo-oYToyOntzOjE6InciO3M6MzoiNjU5IjtzOjU6ImNvbG9yIjtzO.jpg

 

Chez le viticulteur de Porquerolles, c'est toujours le fouillis dans son coeur et dans sa tête : Alexis annonce à ses prétendantes qu'il ne choisira ni l'une ni l'autre parce qu'il n'a pas éprouvé "l'admiration" nécessaire pour lui permettre de se lancer dans une nouvelle relation amoureuse. Je veux bien que c'est important de ressentir une certaine "admiration" pour l'homme ou la femme de sa vie, mais bon, on n'est pas dans une cour de récré et Alexis n'est pas une star du rock, à ce que je sache ! Ou alors une star du trial, ce qui expliquerait tout ? Bref, son concept de l'amour est assez flou et l'on ne captera pas grand chose à la petite balade sur la plage des trois quadragénaires qui se mettent à tracer des coeurs dans le sable avec des phrases sybillines du style "vive la vie dans l'amour amical" ou des trucs dans le genre. Je veux bien qu'ils ne soient pas des pros de la com', mais on ne peut pas dire que leur message est très clair à moins qu'il contienne un code caché pour un futur débarquement "à la Normandie" des Goa'ulds. Au final, les prétendantes semblent bien le prendre et lui frottent le dos avant de partir assister, plus ou moins contraintes et forcées ("meuh, non, Alexis, ça ne nous dérange pas du tout d'attendre des plombes dans la gadoue à te mater sur ta grosse moto, à la place de découvrir des endroits de rêve à Porquerolles !"), à une compétition de trial où Carole s'extasie devant la combinaison turquoise d'Alexis, la moto d'Alexis, le casque de moto d'Alexis et comme il est trop fort et trop beau l'Alexis. C'est complètement naze et la Prod' essaie de nous faire croire que tout n'est pas foutu et qu'une relation est encore possible entre Carole et Alexis. Tout ça pour que l'on regarde l'émission la semaine prochaine où non seulement on n'apprendra rien de neuf par rapport à ce que l'on devine déjà, mais où en plus, il faudra se taper des espaces publicitaires interminables... :o( M6 nous prend pour des billes, mes amis ! Pour ma part, si j'ai appris une chose, c'est que le trial rend plutôt neuneu.

 

0293017104470482-c2-photo-oYToyOntzOjE6InciO3M6MzoiNjU5Ijtz.jpg

 

Chez Vilain et Vilaine, tout roule, les langues, les yeux, les mains et les coeurs et ça nique à tout va. Et que je vais faire la sieste après le déjeuner en laissant maman débarrasser la table, et que je rentre du bowling pour rentrer vite me coucher et niquer et que je t'embrasse goûlument toutes les 5 secondes, au petit-déjeuner entre deux miettes de croissant, à la cuisine entre deux casseroles et au restaurant entre deux bouchées de dessert : "Je pense à tout ce que je pourrais faire avec cette Chantilly", qu'il chuchote le Sylvain. Coquinou, va ! Grrrr, prends-moi vite, grand fou ! Ya pas à dire, mais il fait chaud chez le cultivateur d'orge de l'Orme (ah oui, c'est bien une "histoire d'O" ;o)) ! Au cas où l'on n'aurait pas bien compris ce qui se passe, la Prod' en rajoute des tonnes au niveau de la bande-son et on a droit aux soupirs d'extase de la chanson "Je t'aime moi non plus" de Serge Gainsbourg qui "va et qui vient entre les reins" de Jane Birkin et "qui se retient". Ca devient limite écoeurant. Je ne sais pas, mais même si je suis avec Lui depuis quelques années déjà, il ne me viendrait pas à l'esprit de lui léchouiller le museau devant mes parents. Argh !!! Et encore moins après une lettre, 10 minutes de speed dating et deux jours passés ensemble. Bon, je n'ai pas non plus un papa qui me lance un "chatouiller les boules, ça use !" quand il me voit partir avec mon homme. Ouf ! ;o) Ma foi, les gens de la campagne agissent peut-être différemment de ceux de la ville et sont probablement moins sophistiqués ou compliqués ou les deux. Un moment fort à relever, c'est quand Vilaine ne sait pas où se trouve la "Horrande", mais oui, tu sais, là où il y a des champs de turipes !

 

0293017104470484-c2-photo-oYToyOntzOjE6InciO3M6MzoiNjU5Ijtz

 

En revanche chez Benjamin, qui est toujours aussi prévenant et attentionné avec ses invitées, ça ne roule pas de pelles. Au contraire. Ca joue au tennis, ça trempe dans un jacuzzi avec des séances de maquillages à domicile pour les prétendantes, ça boit du champagne et ça discute d'une manière lisse et policée. Tellement policée que pour finir, Benjamin, en gentil G.O. qu'il est, ne sait pas qui choisir entre Elodie et Virginie ou Virginie et Elodie (am stram gram) et décide de n'en garder aucune, à la grande tristesse d'Elodie qui craquait pour son indécision, ses non prises de position, son torse velu et son regard fuyant. En résumé et pour rester polie, on a perdu notre temps avec le Benjamin pour ne pas écrire qu'on s'est fait grave iéch.

 

0293017104470490-c2-photo-oYToyOntzOjE6InciO3M6MzoiNjU5Ijtz.jpg

 

Du côté de Céline, c'est trop le drame lorsqu'elle demande sèchement à Antonio de prendre ses cliques et ses claques et de dégager vite fait, puisqu'elle est amoureuse de Laurent, tandis que lui n'est qu'un "bon ouvrier agricole" (oh, l'insulte !). Antonio quitte la bergerie en larmes, sans un adieu et sans soldes (mais que font les syndicats ?) et on a l'impression qu'on assiste à la "mort du petit âne gris dans le fond d'une étable tout seul il s'est couché pauvre bête de somme il a fermé les yeux abandonné des hommes il est mort sans adieu" :o( qui est bien une chanson d'Hugues Aufray cette fois et pas de Maxime Leforestier (clin d'oeil à Hélène ;o)). Antonio congédié parti, Céline peut enfin consommer savourer son idylle naissante dans les bras de l'employé de la SNCF. On lui souhaite bien du courage, surtout quand Laurent déclare en fixant la caméra de son regard de lunetteux pas net : "Si j'étais un ado de 15 ans, je dirais que je la kiffe grave". Le hic, c'est que justement, il n'a plus 15 ans... Je le sens mal pour la bergère, très très mal. M'enfin, c'est elle qui l'a eu, c'est elle qui l'a voulu, hein ?

 

(c) All photos: M6.fr

Commenter cet article

Banoffee Girl 21/09/2011 14:13



Je suis sûre que Nathalie a failli éclater de rire avec la chanson. Ce n'est pas possible autrement... à sa place j'aurai eu du mal à me retenir. Mais tu as raison, l'émotion l'a submergé.
(d'ailleurs, on apprend à la fin qu'il était déjà entrain de téléphoner pour revendre sa ferme quand il est resté un jour de plus au week-end passé chez Nathalie)

Oh mais Alexis mérite des baffes. C'est quoi ce pseudo amour que personne il peut rien comprendre tellement que ce que ressent Alexis n'est pas accessible à nous, pauvres gens -_-

Franchement, Benjamin c'est un boulet !

Moi ça m'a fait mal pour ce pauvre Antonio :(
Oh mais je pense qu'elle est très contente d'avoir un Laurent pareil, notre bergère !



Koyangi 23/09/2011 12:40



Nathalie : Je crois que ce qui l'a retenue de ne pas éclater de rire, c'est qu'elle se retrouve avec un Jean-Mimi plutôt menaçant au fin fond de la cambrouse. Heureusement pour elle qu'il y avait
la caméra ! ;o) Si Jean-Mimi se dépêche autant de vivre avec quelqu'un, c'est pour moi aussi la preuve qu'il n'en peut plus de la solitude et ça, c'est sinistre :o(


 


Alexis : Après mes galères sentimentales, je sais une chose, c'est que des hommes comme Alexis, il faut les fuir le plus vite possible et sans réfléchir ! Si déjà on ne comprend pas ce qu'il dit,
je ne te laisse pas imaginer le fouillis qu'il doit avoir dans sa tête et dans son coeur, ouhlàlà !!!


 


Benjamin : Je ne sais pas quoi penser de Benjamin en fait... Rien, sans doute.


 


Antonio : C'est sûr que le pauvre Antonio n'a pas été ménagé par la bergère ! Mais bon, il paraît qu'elle a déjà reçu son coup de bâton...



Hélène 13/08/2011 19:49



le Jean-Mimi il m'a fait flipper, gentil au début, limite agressif ensuite  ... bouh ... je ne serais pas restée une nuit de plus dans sa maison :o( Je crains ce genre d'individus ...


Quant à Vilain&Vilaine ... sans commentaire! aucun intérêt ces deux-là!!!



Koyangi 15/08/2011 12:07



Le Jean-Mimi a fait flipper tout le monde, je crois ! A propos de rester avec lui toute seule dans sa maison perdue au milieu de nulle part, j'ai pensé aux crimes passionnels qui se passent sans
que l'on sache pourquoi avec à chaque fois des voisins qui disent : "on ne comprend pas, il ou elle était tellement gentil(le), calme et sans histoire, brrr. Comment ça sans intérêt Vilain
et Vilaine, c'est beau l'amour, non ? ;o) Aaaaaaaahhhhh !!!



Adeline 09/08/2011 08:55



Rester dans le moment présent, c'est également ce qui m'apporte le plus de paix et ou je sens que je peux être extraordinaire ! bonne quête !



Koyangi 11/08/2011 13:05



Merci Adeline !



Anne-Laure 07/08/2011 16:55



Ouh dis-donc, pour une fois que je ne regarde pas, il s'en passe des choses et c'est enfin le moment des grandes décisions !


Bon, lundi, je m'y remets !!



Koyangi 08/08/2011 12:20



Oui, enfin, il était tôt ! Ce soir, il est temps de savoir ce que Kaka (facile), Fabien, Raymond, Philippe et Benoît (facile) ont décidé ! Et après, c'est le séjour chez les prétendant(e)s et
ensuite, les voyages, ma partie préférée !



Adeline 05/08/2011 13:42



je trouve que c'est important d'être attentif aux signes qui pourraient se présenter à toi, aux opportunités ; souvent, ce sont les autres qui peuvent te donner l'occasion d'être extraordinaire,
qui te tendent une perche !


 Un regard , un sourire, une écoute, un compliment, ce sont des choses qui sont à la portée de tous mais dont tellement manquent !


de mon côté, dès qu'une occasion se présente, je saute dessus !


le fait que je me sente bien et en paix, particulièrement dans ses moments là, m'indique que c'est juste.


ne te chifonne pas trop sur le côté " matérialiste", c'est comme cela en ce moment pour toi et c'est ainsi que ça doit être ; apparemment, cela ne t'empêche aucunement d'être en recherche et de
progresser.


ps : l'histoire de la fourmi est certainement positive pour ton karma !



Koyangi 08/08/2011 12:34



Tu as raison, je pense que je ne fais pas assez attention aux "petits mais énormes" cadeaux que les autres me font. Je cherche toujours l'inattendu et l'exceptionnel. Mais je vais tenter de faire
comme tu dis, d'abord retrouver une certaine paix intérieure sans attendre rien de la vie ni de personne mais tout de moi-même, ensuite me concentrer sur le moment présent et éviter de
faire trop de plans sur la comète. Merci.



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents