Koyangi Bacalhau

Koyangi Bacalhau

La buona cucina dello Zio e della Zia

Publié par Koyangi sur 26 Septembre 2013, 01:00am

Catégories : #Perugia, #Italie, #Voyage

Certains lecteurs me demandent parfois des conseils pour mieux s'alimenter et rester mince ce qui me met chaque fois dans l'embarras parce que je ne suis pas une spécialiste de la question. En cas de problème de poids ou de santé, je ne saurais que recommander de consulter un médecin spécialisé en nutrition et non un pseudo-diététicien aux théories douteuses qui promet "de perdre 5 à 10 kilos par semaine sans efforts".

 

Je me suis souvent demandé pourquoi manger était devenu si compliqué aujourd'hui alors qu'on a la chance d'avoir accès à une nourriture abondante et de qualité comme jamais dans l'histoire de l'humanité. La seule chose que je peux dire, c'est que ni Lobo, ni Moumoune, ni Lui, ni moi ne suivons de régimes quelconques (végétarien, végétalien, vegan, paléolithique, crudivore, chrononutrition, groupe sanguin, sans gluten, sans lactose, sans arachides, etc.) ni ne nous privons de quoi que ce soit, pas même d'alcool qui a coulé à flot chez le Zio et la Zia à Perugia ! ;o)

 

August-2013-9508a.jpgA part certains cocktails et mon sempiternel Campari Orange, je bois rarement de l'alcool mais j'aime bien trinquer avec un peu de champagne ou du prosecco. Cheers ! 

 

Pour moi, la notion de plaisir est essentielle. J'aime m'asseoir en bonne compagnie pour partager mes repas, prendre le temps de savourer des bons plats préparés avec d'excellents produits et je préfère souvent ne rien avaler plutôt que d'engloutir une boîte de raviolis réchauffés à la hâte au micro-onde ou du fromage caoutchouteux acheté dans les grandes surfaces à prix cassés. Par ailleurs, je ne grignote pas ni ne résous mes problèmes existentiels avec un paquet de chips, un sachet de bonbons à la gélatine ou un paquet de gâteaux, ceci expliquant peut-être cela.

 

Les photos étant souvent bien plus parlantes que les mots, voilà à quoi ressemblaient nos repas chez le Zio et la Zia qui se sont relayés en cuisine pour nous gâter.

 

August-2013-9580a.jpg

 

A notre arrivée, vendredi à midi, la Zia nous a servi des antipasti composés de melon bien mûr, de jambon cru, de crostini aux tomates du jardin, de pâté de foie et de fromage frais aux anchois.

 

August-2013-9578a.jpg

 

Puis est arrivé le primo piatto, soit le plat de pâtes chers aux Italiens : les lasagnes maison de la Zia !

 

August-2013-9576a.jpg

Le saladier de la Zia m'a beaucoup plu car il allait bien avec le style et l'ambiance chaleureuse de la maison

 

Comme nous n'avions plus assez faim pour le secondo piatto (des entrecôtes énormes que le Zio voulait cuire au feu de bois), nous nous sommes contentés du contorno soit une succulente salade du jardin du Zio. Le tout arrosé d'un vin local "charpenté" selon Moumoune et qui était du "pur kérozène" selon Lobo. Comme je n'apprécie malheureusement ni le vin ni la grappa, j'ai bu de l'eau minérale et du thé vert froid.

 

August-2013-9570a.jpg

 

Le soir, nous avons fini le melon et le jambon et fait honneur aux entrecôtes, à la salade verte ainsi qu'aux tomates que Lobo a copieusement saucé avec les petits pains maison de la Zia. Rien ne se perd !

 

August-2013-9558a.jpgLes tomates bistecca du Zio, charnues, juteuses et savoureuses !

 

August-2013-9516.jpg 

Les petits-déjeuners étaient simples : café au lait, pain, beurre, confiture et croissants briochés italiens fourrés ou non que l'on prenait sous le regard vairon de Micio, le chat blanc à moitié sauvage, recueilli par le Zio et la Zia, qui nous observait de loin jusqu'à ce qu'il accepte de se faire caresser par Moumoune le dernier jour.

 

August-2013-9569a.jpgAugust-2013-9566a.jpgLe Zio a le droit d'abattre les pigeons et quelques poulets qu'il élève dans sa basse-cour mais a l'interdiction de toucher aux oies, aux canards et aux poules d'ornement protégés par la Zia

 

August-2013 9567aAugust-2013-9568a.jpgAugust-2013-9577a.jpgDe belles tomates, une bonne huile d'olive, du vinaigre, du sel et du poivre, quelques lamelles d'oignon et basta !

 

August-2013-9564a.jpg

 

Au menu de samedi midi, une entrée de saumon fumé suivie des fameux pigeons du Zio rôtis dans son four à pierre avec des frites maison, une salade de tomate et une tarte aux pruneaux de la Zia, qui est Suisse, pour fêter le Jeûne Fédéral !

 

August-2013-9513a.jpgCes poussins ne passeront pas à la casserole, rassurez-vous, mais même s'ils l'étaient, ils auraient eu une belle vie à s'ébattre au grand air loin des cages sordides réservées aux poules de batterie (en Suisse, l'élevage en batterie est proscrit et c'est tant mieux) !

 

Le soir, nous avons fait café complet, le "souper suisse" par excellence, composé de pain, beurre, fromages et charcuteries. Sachez que le gorgonzola a pris un méchant coup !

 

August-2013-9537a.jpgAugust-2013-9559a-copie-1.jpgLa grande maison du Zio et de la Zia est toujours ouverte à la famille et aux amis qui leur rendent visite, souvent à l'improviste. L'occasion d'ouvrir une bouteille de Moët & Chandon autour du feu dans la cheminée !

 

Dimanche, comme nous avions réservé une table pour le soir dans un agritourisme, la Zia a décidé que nous déjeunerions "léger" ;o) et nous a apporté une grande marmite de penne à la sauce tomate (du jardin, faut-il encore le préciser ?) tandis que le Zio grillait des travers de porc et des saucisses sur la braise. En dessert, des figues fraîches douces comme du miel et des pruneaux mis en bocaux, la meilleure façon de conserver les fruits quand la récolte est abondante.

 

August-2013 9556aAugust-2013-9561a.jpgLe feu de bois dans le jardin qui a servi à griller les travers de porc et les saucisses

 

August-2013-9555a.jpgTout chaud, de la braise à la table, miam !


August-2013-9553a.jpgAugust-2013-9552a.jpgDivines prunes moelleuses comme des bonbons que l'on pique délicatement dans une tasse

 

De la viande, des pâtes, des frites, de la saucisse, du fromage, de l'alcool et du gâteau, tout ces mets que les théoriciens des régimes diabolisent au profit du fromage blanc maigre, des branches de céleri cru, du filet de poisson maigre sans sauce à la vapeur... Quelle hérésie !

 

Croyez-moi ou non, mais à notre retour en Suisse, Lui n'avait pris qu'un petit kilo et demi et moi, j'ai perdu 400 grammes. Cela vaut la peine de manger de tout sans culpabiliser, non ?

Commenter cet article

Wendy 09/10/2013 15:02


Moi j'essaie de faire attention un maximum à ce que je mange, mais quand de bons petits plats aussi délicieux que ceux en photos sont préparés avec patience et amour, je ne peux que faire honneur
à la personne qui les a préparés ^^

Koyangi 31/10/2013 13:01



Ce serait trop dommage de s'en priver, je suis d'accord ! ;o) En plus, on sait exactement ce qu'il y a dans notre assiette.



Little Parisienne 04/10/2013 13:30


Mmmmm comme c'est appétissant!! Se faire plaisir et dans des quantités raisonnables (quand un aliment est frais et savoureux, nos sens sont plus rapidement satisfaits de toute façon), en bougeant
un petit peu à côté, c'est ça le "secret" je pense pour ne pas prendre de poids.


En tout cas cela me donne très envie de partir en Italie, là, maintenant!


Biz

Koyangi 09/10/2013 13:23


Tu as tout compris ! C'est comme ça que je fonctionne et ça marche même si je mange comme un ogre parfois ;o) Le truc, c'est que je mange très peu le lendemain, de toute façon, je n'ai pas faim. Je
crois qu'il faut vraiment s'enlever toute notion de culpabilité et retrouver le plaisir de se nourrir comme quand on est enfant. Bisous.


vorobouchek 30/09/2013 22:41


Ce très beau post résume aussi parfaitement ma manière de voir les choses, je ne pense plus équilibre mais plaisir, l'équilibre n'en étant que la conséquence éventuelle. Je regrette juste d'avoir
dû attendre la trentaine pour en arriver là :-(

Koyangi 01/10/2013 12:14


Je ne connais pas tes antécédents en matière d'alimentation mais je trouve que c'est bien si tu as compris ce qui te convenait maintenant et ce, quelque soit ton âge ! Quant à moi, j'aime trop la
nourriture pour me passer des bonnes choses mais j'ai souvent constaté que ce sont les personnes qui se posent le moins de questions qui sont minces sans faire d'efforts particuliers.


Hélène 27/09/2013 20:01


Tu sais à quoi ça me fait penser tout ça? Si tu as lu ou vu  "Mange, prie, aime" de Elisabeth Gilbert, c'est le dernier repas qu'elle passe en Italie dans la maison familiale de ses amis ...
de la simplicité, de l'amitié, à manger, à boire et surtout laisser les choses se faire ...


Bisous, passe un beau week-end.

Koyangi 01/10/2013 12:45


J'ai lu et vu "Mange, prie, aime" que j'ai bien aimé (le livre plus que le film) et je me souviens bien de ce repas quand elle est dans la famille de son ami Luca Spaghetti. Le plus fou, c'est que
quand je lisais le livre, je rêvais de vivre la même chose dans une famille italienne et c'est exactement ce qui m'est arrivé et par deux fois chez le Zio et la Zia à Perugia (et sans même avoir dû
quitter Lui et m'expatrier ce qui est encore mieux ;o)) ! Il faudra d'ailleurs que je relise ce passage en me disant que cette fois, je peux mettre une coche à côté en me disant : "Ca, c'est fait
!" ;o) En revanche, l'expérience d'Elisabeth Gilbert en Inde ne me tente pas du tout. Je crois que je si je devais me retirer dans un monastère, ce serait dans un temple bouddhiste perdu dans la
montagne en Corée ou alors dans un joli couvent fleuri et ensoleillé dans le Sud de la France. Quant à Bali, elle y a rencontré l'amour, donc pour moi, ce sera juste pour les vacances que j'irais
en Indonésie ! ;o) Gros bisous.


Marie 26/09/2013 21:21


Quelle générosité ! C'est aussi ce que j'aime dans l'état d'esprit italien. Après, si toi tu ne prends pas de poids avec toutes ces bonnes choses, c'est peut-être que tu manges de petites
portions ? Je suis capable d'engloutir de belles assiettes et j'ai du mal à me limiter, conclusion je grossis même avec notre alimentation végétarienne plutôt équilibré. 

Koyangi 01/10/2013 13:01


Je pense qu'heureusement, il n'y a pas besoin d'être italien pour trouver de la générosité ! ;o) Je ne sais pas trop pour les portions, tu peux te faire une idée en regardant mon assiette de
lasagne et de pigeon qui a grosso modo la taille d'une caille. En semaine, je ne mange pas démesurément sauf quand je suis prise de fringale car cela fait plusieurs jours que je n'ai pris qu'un
seul repas dans la journée (je sais, c'est mal) mais quand je suis chez des amis ou avec ma copine Madame, je peux engloutir de grosses quantités. Bref, je ne contrôle pas mes portions et mange
comme un boa : beaucoup parfois et quasi rien ensuite, le temps que mon estomac se vide ;o) Sinon, pour info, mon Frangin me dit que c'est normal que je ne grossisse pas même si je mange beaucoup
parce que je consomme très peu de féculents (pâtes, riz, pain, céréales, gâteaux, pommes de terre) du genre 1 fois par semaine au grand maximum et que l'essentiel de mon alimentation est composée
de fruits, de légumes et de protéines (oeufs, poissons, viandes) avec des journées vegan de temps en temps. Cependant, je ne me force à rien et je mange uniquement ce qui me plaît. De ton côté, tu
es consciente que ce sont les proportions qui te posent un problème et pas ton alimentation. Peut-être pourrais-tu commencer par réduire d'une cuillère (même d'une cuillère à café si c'est trop dur
;o)) le contenu de ton assiette et continuer ainsi de suite quand tu te sentiras tout à fait à l'aise avec ta cuillère en moins ? Je suis persuadée que c'est en faisant de tout petit pas qu'on y
arrive.


Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents