Koyangi Bacalhau

Koyangi Bacalhau

No Impact Man

Publié par Koyangi sur 15 Septembre 2011, 01:00am

Catégories : #La bibliothèque

A la TV, outre les téléréalités agricoles sur M6, les émissions culinaires sur Cuisine TV et les séries sur Canal+, j'ai une préférence particulière pour les documentaires consacrés à l'Univers (trou de ver, galaxie, Boson de Higgs, Capitaine Flam, Frères Bogdanov), à l'Histoire (Apocalypse, la bataille de Gaugamèles) ou aux expérimentations de toutes sortes (Super Size Me, The Supersizers, la ferme victorienne).

lhomme-valait-3-milliards-no-impact-man-L-2-copie-1

 

Un soir alors que je zappais de la chaîne 357 à 458, je suis tombée sur le reportage No Impact Man présenté en 2009 au festival du film de Sundance qui m'a scotchée devant mon poste jusqu'à fort tard dans la nuit. Ce film a agi sur moi comme une révélation et j'ai couru le lendemain acheter le livre au titre éponyme à la bibliothèque la plus proche, Payot pour ne pas la nommer.

 

Le projet No Impact Man, initié par Colin Beavan qui tient aussi un blog sur le sujet, m'a fascinée à plus d'un titre : d'abord, parce qu'il n'y a aucun prêchi-prêcha militant écolo altermondialiste de la part de l'auteur qui nous parle de son expérience avec humour et ne nous traite pas de sous-humain si on fume, boit, mange de la viande, porte de la fourrure, conduit un 4x4, exploite les moutons pour leur prendre la laine et les abeilles pour leur voler leur miel et si on a le malheur de se balader en T-shirt dans une maison surchauffée et mal isolée en hiver ; ensuite, parce que Colin Beavan ne s'est pas exclu de la société de consommation pour vivre selon ses principes dans une yourte mongole sans eau et sans électricité à Goumoens-le-Jux (en Suisse, on a un village qui s'appelle vraiment comme ça ! ;o)) mais au contraire, habite dans un appartement au 9e étage d'un immeuble à Greenwich Village en plein Manhattan à New York, qu'il partage avec sa femme Michelle, une accro au shopping, sa fille Isabella et sa chienne Frankie.

 

En gros, Colin, il est un peu comme nous. Sauf que lui, il est un peu plus courageux que nous puisqu'à la place de se plaindre du réchauffement de la planète, de la fonte des calottes polaires, de la déforestation en Amazonie et de l'extinction des dinosaures (ah non, là, on n'y est pour rien) sans bouger le petit doigt, il décide de cesser de "reporter la faute sur George Bush" et de prendre des mesures radicales pour avoir zéro impact sur l'environnement pendant une année, non sans avoir obtenu l'approbation de sa femme Michelle au préalable. Quant à Isabella et Frankie, elles n'ont pas eu leur mot à dire puisque l'une est un bébé de 18 mois et l'autre un canidé qui fait ouaf ouaf.

 

Au fur et à mesure de l'expérience menée sur différentes phases (non, Colin Beavan n'a pas supprimé d'un coup l'électricité, le chauffage, les produits de consommation non bio-dégradables, le réfrigérateur et la télévision. Il n'est pas fou), la famille s'est privée de :

  • Mouchoirs et papier de toilette pour ne pas utiliser "d'arbres morts" 
  • Bouteilles en PET et autres gobelets à la Starbucks Coffee, ce qui pour un Américain est super difficile
  • Nourriture à l'emporter dont ils étaient très fans. Une séquence amusante est lorsque Colin bave d'envie en voyant un homme engloutir une tranche de pizza dans une grosse voiture de luxe et éprouve un fort sentiment d'injustice ;o)
  • Couche-culottes pour Isabella, remplacées par des couches lavables
  • Voiture et avion à l'exception du vélo, quitte à se fâcher avec leur famille respective quand ils décident de renoncer à prendre l'avion pour fêter Thanksgiving et Noël tous ensemble comme ils avaient l'habitude de le faire. C'est là où l'auteur remarque qu'il y a des limites aux préoccupations écologiques et que les valeurs d'amour et d'amitié sont plus importantes que de se laver les dents et les cheveux avec du bicarbonate de soude ou de composter les déchets alimentaires avec des vers de terre
  • Aliments non produits localement dans un rayon de 400 km, soit l'équivalent de la distance Paris-Genève
  • Electricité, machine à laver, frigo, lumière, télévision, etc.
  • Tout achat qui ne serait pas d'occasion à part les sous-vêtements et les chaussettes

 

5 fruits et legumes frais par jourTypiquement le genre de gadgets qu'il ne faudrait pas acheter parce qu'inutiles et créés à partir de matière plastique, mais c'est mignon, non ? Puis, il y a des fruits et des légumes, alors... ;o) Okay, je sors ! 

 

Cette liste n'est bien sûr pas exhaustive et on constate avec soulagement que le couple Beavan ne sont pas des Saints ni des extra-terrestres et enfreignent parfois leurs propres règles de conduite en s'accordant, par exemple, le droit de :

  • Prendre l'ascenseur pour Michelle pour aller à son bureau situé au 42e étage (je n'ai plus le chiffre exact en tête) et de mettre des glaçons dans son eau du robinet
  • Boire du café qui n'est pas cultivé aux USA et d'acheter du vinaigre balsamique. Ils ont essayé de confectionner leur propre vinaigre en faisant macérer des pelures et des trognons de pomme mais le résultat n'était pas à leur goût de toute évidence 
  • Prendre le train pour visiter des fermes bios
  • Utiliser la machine à laver le linge après avoir piétiné pendant de longues heures les vêtements (et les couches sales d'Isabella :o() trempés dans l'eau de la baignoire additionnée de borax pour les nettoyer
  • Renoncer à l'utilisation de la Moon Cup pour Michelle révulsée par cette idée qu'elle trouve dégoûtante

514_max.jpgCa, en revanche, c'est mieux. Quoique j'ai des doutes par rapport au couvercle et à la bande en silicone qui n'est pas une matière naturelle. Pfff, c'est dur d'être écolo !

 

Pour ma part, je ne suis pas prête à renoncer à certaines de mes mauvaises habitudes (voyager en avion plusieurs fois par année, manger de la viande, ne pas attendre que mes vêtements soient à la limite de la fermentation pour les laver, refuser d'enfiler des chaussures d'occasion...), mais j'ai puisé dans ce livre plein d'astuces relativement peu contraignantes à mettre en place et que je vous livrerai au fur et à mesure de ma progression, même si ce ne sont que des gouttes d'eau qui ne changeront rien à la quantité de pollution que je produis chaque jour.

 

Il va de soi que je ne suis ni écolo, ni adepte de la Simplicité Volontaire, ni végétarienne, ni vegan, ni freegan, ni spéciste, ni dans la décroissance, ni dans le "travailler moins pour gagner moins et vivre mieux" et que je suis libre de gérer ma vie comme je l'entends, même si c'est mal et que cela  ne fait pas plaisir à tout le monde ;o) On peut toujours faire mieux, c'est sûr, mais je n'ai aucune envie de me confronter ici à des propos écocentriques extrêmes voire proches du fanatisme religieux. Puis, quand on en arrive à se désociabiliser et à ne plus aimer les gens parce qu'ils "ne font pas comme nous", c'est triste, non ?

 

(c) Photos : Internet.

Commenter cet article

Banoffee Girl 24/09/2011 18:09



En tout cas, tu me donnes très envie de découvrir le reportage et d'aussi lire l'oeuvre originale :)



Koyangi 26/09/2011 12:13



Le reportage et le livre se complètent bien, je trouve. Et c'est amusant de mettre une tête sur le couple et comprendre quelles sont leurs difficultés au quotidien et leur ras-le-bol aussi parce
que ça leur arrive plus d'une fois et je les comprends ! ;o)



10tubes 19/09/2011 15:46



J'avais entendu parler de ce bouquin sans m'en intéresser plus.


Je vais voir si je le trouve, du coup, chuis intéressée.



Koyangi 21/09/2011 13:32



Oh, encore une "commission" que je vais demander à Colin Beavan ! ;o)



Le Frangin 18/09/2011 18:02



/mode troll on


Et bien avec la quantité de peliculle, l'electricité pour diffuser son film et les centaines d'arbres pour produire son best seller, je pense que Mr 0 impact man aurait pu utiliser de vrai
couches jettables avec un impacte bcp plus petit ...


/mode troll off


A part ca, je pense que c'est bien de faire attention mais j'ai toujours de la peine avec ces gens qui poussent a l'extreme et qui en suite s'en serve pour leur gloriole personnelle.



Koyangi 21/09/2011 13:36



Alors, mon Frangin Troll, rhôôôô, bah, il faut pas penser si loin par rapport au film et les centaines d'arbres pour le bouquin, au moins ça aura été plus utile que le film "Rubber" dont j'ai vu
une partie sur Canal+ qui est l'histoire d'un pneu psychopathe qui écrase tout ce qu'il trouve sur la route (si, si, je t'assure ! En plus, il a été présenté à Cannes !!!). Sinon, je te suis par
rapport à la notion de gloriole personnelle, c'est un peu la même chose avec les aventuriers : il y a plein de personnes qui font des choses exceptionnelles mais qui n'en parlent pas... à
tort ou à raison, d'ailleurs, parce que je pense que c'est toujours instructif pour les autres d'avoir le compte-rendu d'expériences vécues. Enfin, c'est mon avis.



July 17/09/2011 12:26



Le film m'a vraiment donné envie du coup pari réussi!



Koyangi 21/09/2011 13:36



Et une deuxième "commission" sur la vente des livres, une ! ;o) Mais non, je plaisante, mon blog est sponsoring free !



Adeline 16/09/2011 13:33



c'est sûr que ce ne devait pas être la panacée , mais l'idée, c'est de me dire " comment je peux faire ça, sans électricité, avec mes deux mains, sans la technologie moderne, ect ..." A défaut
d'aller chasser ma nourriture, j'ai récemment découvert qu'à 5 km de chez moi, il y avait une ferme avec des vaches qui broutent de l'herbe, et que je peux acheter ma viande là bas ; je n'y vais
pas à pied, mais je pourrais. idem pour les légumes, j'ai un producteur à 2 km de chez moi ... je me suis parfois retrouvé dans des situations incongrues : pas de papier toilette, ou mooncup
oubliée ... je me suis adaptée à ce que j'ai trouvé et trouvé une solution de dépannage. Je découvre aussi la ceuillette ; autour de chez moi, il y a plein de fruits sauvages que je peux ceuillir
!


j'aime ne pas être dépendante de la technologie et retrouver une façon de vivre simple (et du coup écolo) ; ça rejoins également la simplicité de Dominique Loreau.


ps : je te rassure, je ne m'habille pas avec des peaux de bêtes, et OUI, je m'épile !!



Koyangi 21/09/2011 13:46



Tu as de la chance d'habiter dans un endroit où tu peux trouver de la viande d'animaux qui ont la belle vie et des légumes frais près de chez toi ! Sinon, j'aime aller aux champignons, mais
accompagnée car je ne sais pas les identifier (je sais juste qu'il faut éviter de cueillir les champignons rouges avec des taches blanches ;o)) et je ne m'y connais pas du tout en
plantes sauvages à part les fraises des bois, donc, pour la cueillette, c'est difficile... Et j'aimerais beaucoup être moins dépendante de la technologie et me débarrasser du superflu, mais c'est
loin d'être évident pour moi... Lui ricane toujours quand il me voit acheter un livre de Dominique Loreau, mais même si elle préconise de vivre avec moins, elle ne dit pas qu'il faut se priver de
tout, ce qu'il n'a pas l'air de comprendre. Normal, puisqu'il n'a pas lu les livres.


 


PS : Je ne doute pas une seconde que tu t'épiles et prends soin de toi. Il est loin le cliché de la sauvageonne sale avec des touffes de poils sous les bras ! ;o)



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents