Koyangi Bacalhau

Koyangi Bacalhau

Que faire en Thaïlande ? Aller au marché

Publié par Koyangi sur 14 Mars 2012, 02:00am

Catégories : #Cha-am, #Thaïlande, #Voyage, #Cuisine

Mardi 13 mars.

Les points positifs : j'ai versé des larmes de joie à ma séance d'acupuncture en réalisant que mes voeux les plus chers avaient tous été exaucés et que je pouvais mourir tranquille. Oui, bizarre ce que ces petites aiguilles peuvent provoquer en moi et non, je n'avais pas bu ni fumé la moquette (médecine traditionnelle chinoise), ma copine Mimi Marshmallow a accepté d'aller au théâtre avec moi (sortie), les révisions de mon cours PMP se passent bien (études), j'ai perdu les 2 kgs que j'avais pris la semaine passée en me gavant de gâteaux chez Vincent (forme)

Les points négatifs : j'ai du retard dans mes e-mails et mes rendez-vous à fixer avec mes amis car je ne sais pas où les caser dans mon emploi du temps (planification à revoir : une réponse par jour et une soirée par semaine ?), j'ai été déçue de ne pas pouvoir acheter le savon spécial de L'Occitane pour la Journée de la Femme en faveur d'une savonnerie au Burkina Faso (épuisé)

 

Autant vous prévenir, mon blog sera consacré toute cette semaine à mes vacances en Thaïlande. En effet, j'aimerais en finir le plus vite possible avec le Pays du Sourire avant d'aborder les autres voyages prévus dans un avenir très proche (la Côte Ligure italienne et les Emirats Arabes Unis) et cela va devenir drôlement compliqué si je mélange ces trois destinations !

 

Me dorer la pilule au soleil dans les meilleures conditions du monde était une très bonne chose mais j'ai ressenti assez vite le besoin de sortir de mon cocon de luxe pour me confronter à la vie des Thaïlandais. Or, à Cha-am, petit village de pêcheurs éloigné des circuits touristiques, il n'y avait pas grand chose à faire mais c'était notre choix de nous reposer et de nous la couler douce pendant ces 15 jours de vacances ! Il faut dire que nous avions déjà eu notre content d'aventures en tous genres il y a deux ans à Patong, ville regorgeant de bars, de restaurants et de boîtes de nuit ouverts 24h/24 ou presque : balade à dos d'éléphant dans une forêt tropicale, snorkling dans les eaux turquoises autour d'une île déserte dont je ne me rappelle plus le nom, promenade périlleuse sur une moto aux freins complètement usés, etc., et que nous n'avions pas envie de répéter les mêmes expériences aussi plaisantes fussent-elles.

 

DSCN6451DSCN6493

 

La perspective de me lever à 5h du matin pour distribuer la nourriture aux moines me paraissant inhumaine sur le moment (dommage, j'aurais dû être plus courageuse), j'ai préféré me rendre au marché de Cha-am en compagnie d'un des Top Chefs de l'Hôtel de la Paix qui allait m'apprendre à cuisiner ensuite, ce qui collait parfaitement aux résolutions que j'avais prises en début d'année.

 

DSCN6497DSCN6498.JPGLe bus navette de l'hôtel que nous avons souvent pris en complément du taxi

 

Lui, Lobo et Aline n'étant guère tentés de se joindre à nous, je me suis levée seule tôt un jeudi matin pour prendre le bus navette de l'hôtel en compagnie du très souriant et très sympathique Top Chef Narongsak "Joe" Khankham qui m'a emmenée découvrir les produits thaïlandais de saison disposés dans un énorme hangar vaste comme un terrain de football.

 

DSCN6491.JPGDSCN6490.JPG

 

Notre objectif était de trouver tous les ingrédients dont nous avions besoin pour préparer quatre plats : un curry vert de poulet, un Som Tam (salade épicée à base de papaye verte), la célèbre soupe Tom Yam Kung ainsi qu'un Laab Moo, un plat de viande hachée épicée que j'avais mangé dans un restaurant quelques jours plus tôt.

 

DSCN6463DSCN6457Top Chef Joe, dans sa blouse de Chef blanche immaculée, triant avec soin les herbes nécessaires à la préparation des recettes : menthe, coriandre, basilic thaï, feuilles de citron kaffir...

 

DSCN6466

 

Nous avons ainsi déambulé à travers les stands de fruits, de légumes, de fleurs, de viandes et de poissons, Top Chef Joe m'expliquant comment choisir les meilleures aubergines pour le curry vert, me montrant quelles crevettes convenaient le mieux pour le Tom Yam Kung et m'informant que les meilleures pâtes de curry sont fabriquées par la communauté musulmane du pays.

 

DSCN6470DSCN6471En Corée, il existe aussi des calamars séchés que les Coréens mangent à l'apéritif avec de la bière ou du soju. Miss Fricadelle en a d'ailleurs reçus, mais je ne suis pas sûre qu'elle ait encore osé les goûter ;o)

 

DSCN6478Voici la variété de crevettes conseillées par Top Chef Joe pour la soupe Tom Yam Kung : les crevettes à pattes bleues. Le problème, c'est que je ne me souviens pas avoir jamais vu de crevettes à pattes bleues en Suisse ?  

 

Au delà des étals, j'ai observé discrètement les marchands dans leur vie quotidienne sans être gênée par la barrière invisible qui s'instaure habituellement entre les étrangers et la population locale. Autour de moi, les sourires de circonstance avaient laissé place à des visages concentrés et affairés ou encore épuisés par la longue nuit de travail, les premiers camions arrivant dès 2h du matin pour décharger les marchandises... Définitivement, ce sont ces instants forts où les masques tombent et où j'arrive à comprendre et à entendre l'autre avec les yeux qui me marquent le plus dans un voyage ! En Corée, on appelle cela le Nunchi.

 

DSCN6468.JPGDSCN6469.JPGL'ananas que nous avons acheté au marché était une tuerie : doux, tendre, sucré et juteux ! Un régal à s'en relever la nuit !

 

DSCN6476.JPGDSCN6486DSCN6485

Commenter cet article

Giamilla 15/03/2012 14:00


Très belles photos. Les photos de nourriture, c'est toujours beau ;)


Je comprends aussi ton besoin de sortir du cocon de l'hôtel pour voir ce qui se passait alentours. J'ai eu la même sensation lors de mes deux séjours en Chine (à 10 ans d'intervelle, ce qui
prouve que si les bâtiments changent vite là-bas, en ce qui concerne les droits de l'homme et le niveau de vie de la majorité des gens, c'est une autre histoire) : on a dormi dans des cinq
étoiles... avec des gens qui faisaient la manche, dormaient et faisaient leurs besoins dans la rue à quelques blocs de là. Visiter leurs marchés locaux a été un réel plaisir, surtout que l'une
des personnes de notre groupe parlait chinois. 


J'en arrive à mon grand but dans la vie : apprendre à préparer les fruits exotiques. J'adore les mangues, les ananas, les papayes, mais j'ai toujours toutes les peines du monde à les apprêter
correctement sans tacher ma cuisiner jusqu'au plafond. Tiens, voilà une tâche sur laquelle me pencher cet été ;)


 


Je file, je m'en vais répondre à ton mail pour samedi !


 


Bisous ! 

Koyangi 16/03/2012 12:21



J'adore "Les photos de nourriture, c'est toujours beau" ;o)


 


Ce n'est en effet pas évident de vivre dans le luxe dans des pays où la plupart des gens n'ont presque rien. Comme toi, j'ai ressenti très fortement ce sentiment de malaise au Kenya quand
j'avais une superbe langouste devant moi et que je savais que des personnes allaient dormir dans des abris bricolés avec de la tôle ondulée pas très loin de notre hôtel. J'en ai même pleuré dans
mon assiette. Cependant, je me suis reprise en me disant que je n'y étais pour rien, que cela n'allait rien changer dans leur vie si j'allais partager ma langouste avec eux car la situation est
beaucoup plus complexe que cela et que la seule chose où je pouvais agir est de soutenir l'une ou l'autre association caritative, ce que je fais. Comme disait Lui, ce n'est pas parce qu'on
apprend "à finir notre assiette parce qu'il y a des gens qui meurent de faim dans le monde" quand on est petit que cela va changer quoique ce soit pour eux et je crois que c'est déjà un bon début
si on se contente de faire du bien là où on est et autour de soi.


 


Sinon, ta remarque sur les fruits exotiques me fait penser que je vais acheter une mangue et une papaye demain pour te montrer comment les préparer parce que ça, je sais faire ! L'ananas, c'est
un poil plus compliqué.


 


Bisous et à demain ! Je me réjouis !!!



Adeline 15/03/2012 13:32


merci pour ces belles photos qui font voyager !

Koyangi 16/03/2012 12:25



Mais de rien !



Anne-Laure 14/03/2012 20:00


Je comprends ce besoin de sortir de ton cocon paradisiaque même si la détente était l'objectif de ce séjour. Après tout c'est l'un des intérêts du voyage de rencontrer d'autres cultures et goûter
d'autres produits gourmands. Dans chaque pays étranger que j'ai la chance de visiter, un passage dans un marché et dans un supermarché s'impose ! :)


En tout cas, c'est génial de pouvoir y aller avec un chef local ! Tu es moins considérée comme une touriste "banale" et tu croises les meilleures échoppes ! Mioum mioum

Koyangi 16/03/2012 12:32



Pour les produits gourmands, je te rassure, tous les soirs, nous allions dîner à l'extérieur dans des bouibouis très sympathiques qui feront l'objet d'un autre article sur mon blog. Là, on a
rencontré les vrais Thaïlandais dont la plupart ne parlaient pas un mot d'anglais ! :o) J'aime beaucoup ton idée de passer au marché et au supermarché dans les pays que tu visites. Le marché en
Thaïlande, c'est fait, mais dans le village de Cha-am, il n'y avait pas de supermarché, juste des petits Seven Eleven et c'est tout. On était vraiment coupé de tout, mais c'était chouette de
vivre la Thaïlande d'une manière plus confidentielle. En revanche, on a été au supermarché à Hua-Hin pas très loin pour le shopping.


 


Et faire le marché avec un Chef, c'est génial, surtout que je n'aurais pas réussi à me faire comprendre des Thaïlandais au marché ! ;o)



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents