Koyangi Bacalhau

Koyangi Bacalhau

Make me beautiful - Part 1

Publié par Koyangi sur 21 Octobre 2009, 13:00pm

Catégories : #Lifestyle

Je vous avais dévoilé ici mon complexe sur mes taches de soleil qui me font ressembler à un Monchhichi géant. Il faut dire que selon des critères purement asiatiques, je suis une horreur de la face à moi toute seule : je n'ai pas la peau opalescente et encore moins translucide, ce qui désole ma maman coréenne chaque fois que je lui rends visite à Séoul. Elle serait tellement fière d'avoir une fille qui ne ressemble pas à une campagnarde au teint d'épluchure de patate !

Photo du haut : Monchhichi avant traitement des taches de rousseur
Photo du bas : Monchhichi après traitement des taches de rousseur. La différence est nette.


Un hâle doré et non cramé à l'allemande sur la plage de Varadero ne me dérange pas, mais je hais les taches de rousseur. Cette aversion remonte à un traumatisme de la petite enfance provoqué par la lecture d'un conte dans lequel une bien belle et bien chaste jeune fille était maltraitée par sa belle-mère et par sa belle-soeur surnommée Truitonne en raison de son fichu caractère mais aussi à cause des nombreuses taches de son qui constellaient son visage. Et moi, je ne veux pas qu'on m'appelle Truitonne !

Vous me direz qu'il y a des problèmes bien plus graves que ça dans la vie et vous aurez raison (quoique, Truitonne... quand même) !

Bien décidée à réconcilier la petite Koyangi traumatisée en moi et la Koyangi adulte qui n'a peur de rien ou presque Truitonne, Truitonne, j'ai pris rendez-vous dans une clinique privée de médecine esthétique et de dermatologie spécialisée dans les traitements au laser.

Tout dans cette clinique somptueuse respire l'ostentation avec son décor orienté luxe, ses meubles design et ses hôtesses d'accueil en tailleur sombre strict qui feraient presque passer les visiteurs pour des bouseux si elles n'avaient pas reçu comme consigne d'être polies et agréables avec la clientèle.

Après m'être annoncée auprès de l'hôtesse d'accueil no 1 qui m'a donné un formulaire à remplir, j'ai suivi l'hôtesse d'accueil no 2 à l'étage qui m'a amenée dans un bureau pour me faire examiner. Lorsque le médecin en chef de l'établissement est arrivée, j'avais la vague impression de vivre un épisode de Nip Tuck, sauf que c'était une femme qui était assise devant moi et qu'elle ne ressemblait ni à Sean ni à Christian. Dommage.

"Alors, Mademoiselle, dites-nous ce que vous n'aimez pas chez vous ?"

Le médecin en chef n'a pas trop insisté sur le côté "charmant" de mes  taches solaires vu que je n'étais pas venue pour ça et s'est concentrée sur l'observation attentive de mon épiderme avant de me prescrire une crème dépigmentante pour atténuer les zones les plus touchées et fixer un rendez-vous pour pratiquer une série de tests. En effet, il existe plusieurs sortes de laser et il vaut mieux choisir celui qui nous conviendra le mieux pour éviter la formation de taches brunes réactives indésirables ou, pire, des dépigmentations irréversibles. 

(c) photo : Internet. La crème dermamelan ne sent rien. Je dois l'appliquer deux fois par semaine en fine couche et laisser agir toute la nuit ou 4 heures au minimum. Elle peut piquer à ce qu'il paraît, mais je n'ai rien senti. A croire que j'ai le derme coriace ou un sommeil particulièrement lourd.

La consultation, shooting photos compris, a duré 15 minutes pour un montant de CHF 440.-/EUR 290.- comprenant le premier entretien et l'achat de la crème dermamelan. A ce prix de base, il faut ajouter le test à CHF 200.-/EUR 132.- plus le traitement lui-même, non remboursé par l'assurance maladie. Ces prix ne sont pas si exorbitants que cela si l'on considère que la dermatologie, y compris esthétique donc superflue, est une branche de la médecine au même titre que la neurologie ou la cancérologie et que les interventions sont pratiqués par des médecins et non par des esthéticien(ne)s qui n'ont de toute façon pas les compétences requises pour manipuler des lasers. 

Commenter cet article

Koyangi 03/11/2009 13:01


@Capucine : Bienvenue sur ce blog et merci pour le commentaire. Je sais que les taches de rousseur peuvent donner un charme fou, je les apprécie d'ailleurs chez les autres mais
étrangement pas sur moi. Bizarre, mais je crois que c'est dans la tête...


capucine 29/10/2009 20:07


Les tâches de rousseur peuvent donner un charme fou, ... mais tu es bien sûre la seule à devoir choisir ton image ...


Koyangi 26/10/2009 13:14


@Scheharazade : C'est gentil, merci ! Il faudra attendre Carême l'année prochaine, alors, mais le temps passe si vite...


Scheharazade 25/10/2009 18:56


Bien sûr que je m'en souviens !^^
J'ai hâte de lire la suite !
kisuuuu


Koyangi 23/10/2009 12:11


@Le Frangin : Je ne savais pas que tu faisais partie de la ligue contre la maltraitance des Monchhichi ? Puis, je ne lui ai pas mis ma crème, juste l'effet kiss cool Photoshop,
donc l'intégrité de mon Monchhichi est sauve !

@Schupi en Suisse : Et oui, on n'est jamais contente de ce que l'on est. Quand on a les cheveux raides, on les veut bouclés et quand on a les cheveux frisés on les veut lisses...
Il y a même des crayons spéciaux que l'on peut acheter pour se faire des taches de rousseur, c'est fou ça !

@July : Rôôô, qu'est-ce que j'apprends là ? Les petits singes qui sucent le pouce ne te font pas craquer ? Mème pas un peu ? Bon... ;o)

@Fleur de cerise : Mrrmf, Truitonne, aaah. Oui, je sais, beaucoup de personnes de mon entourage trouvent ça charmant et je pourrais quand même vivre avec, mais je ne sais pas
pourquoi, dans ma tête, ça fait "sale". Oui, je sais, Docteur, ça ne tourne pas très rond. Et comme tu le dis si bien, il faut aller chez des spécialistes, surtout quand il s'agit du visage !!!

@Scheharazade : Oh, tu te rappelles du défi sur les péchés capitaux ? En fait, je crois que je m'en suis assez bien sortie, mais j'ai oublié de faire le bilan final. Je le referais
à Carême l'année prochaine, mais sous une forme améliorée. Bise.


Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents